Roman – Par le vent pleuré, Ron Rash

Coucou les chatons ;),
Je viens aujourd’hui vous parler du dernier roman de Ron Rash, Par le vent pleuré sorti en Août, qui me faisait de l’œil et que j’ai fini par acheter un de ces fameux week-end où tu pars et une fois la route bien entamée tu te dis « M****, j’ai oublié mon livre » … Je vous raconterais peut-être un jour mon périple pour trouver un livre dans la Vienne. Peut-être.

Résumé éditeur :
Dans une petite ville paisible au cœur des Appalaches, la rivière
vient de déposer sur la grève une poignée d’ossements, ayant appartenu à une jeune femme. Elle s’appelait Ligeia, et personne n’avait plus entendu parler d’elle depuis un demi-siècle.
1967 : le summer of love. Ligeia débarque de Floride avec l’insouciance et la sensualité de sa jeunesse, avide de plaisirs et de liberté. C’est l’époque des communautés hippies, du Vietnam, de la drogue, du sexe et du Grateful Dead. Deux frères, Bill et Eugène, qui vivent bien loin de ces révolutions, sous la coupe d’un grand-père
tyrannique et conservateur, vont se laisser séduire par Ligeia la sirène et emporter dans le tourbillon des tentations. Le temps d’une saison, la jeune fille bouleversera de fond en comble leur relation, leur vision du monde, et scellera à jamais leur destin – avant de disparaître aussi subitement qu’elle était apparue.
À son macabre retour, les deux frères vont devoir rendre des comptes au fantôme de leur passé, et à leur propre conscience, rejouant sur fond de paysages grandioses l’éternelle confrontation d’Abel et de Caïn.


Mon avis :
Ce roman m’attirait beaucoup, j’en avais eu de très bon retour. Et c’est avec plaisir que je me suis lancée dans la découverte de ses personnages, plus particulièrement Eugène, qu’on aime et à qui on a envie de mettre des claques en même temps. Faire ressortir les fantômes d’une expérience initiatique vieille de 40 ans, essayer de comprendre ce qu’il s’est passé alors, voilà ce que j’ai trouvé puissant dans ce roman.
Bien sûr, on s’y attache, à ce second qui sera toujours second. Un peu innocent et surtout très naïf. Au pouvoir qu’a un grand frère de vous protéger, quoi qu’il arrive.
J’ai beaucoup aimé cette lecture fluide et rapide, ce roman qui se dévore en quelques heures tellement on a envie de connaitre la fin, cette expérience de mauvaise fréquentation qui peuvent détruire un être, au delà de tout ce que l’on peut imaginer.
Ce n’est pas un livre facile et drôle, pourtant, j’ai passé un bon moment avec lui. Et je vous le recommande bien-sûr 😉

Bonne lecture,

La Baronite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s