Roman – L’enfant perdue, Elena Ferrante

IMG_0419.JPG

Ah, quelle tristesse d’aller en librairie pour acheter le dernier tome de la saga de l’amie prodigieuse… Un peu comme signer la fin d’une aventure à travers l’Italie qui nous aura fait palpiter. Bref, je l’ai acheté, je l’ai lu, et je vous en parle. 

Résumé éditeur

À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d’informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d’écrivain. Car elle s’affirme comme une auteure importante et l’écriture l’occupe de plus en plus, au détriment de l’éducation de ses deux filles, Dede et Elsa.
L’histoire d’Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d’une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix.
Après avoir embrassé soixante ans d’histoire des deux femmes, de Naples et de toute l’Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L’enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu’on n’oublie pas.

Mon avis

Retrouver Lila et Elena pour ce dernier tome a été un réel plaisir, partager avec elles leurs vies de femme, évoluer dans une Italie changeante et revenir dans une Naples toujours corrompue. J’ai beaucoup apprécié la fresque géopolitique italienne dépeinte dans tous les tomes de la sage. L’évolution d’un pays mais aussi des mentalités et des moeurs. Mais ce que j’ai le plus aimé, c’est le talent qu’à l’auteur pour raconter l’amour d’Elena et Lila qui s’aiment et se quittent, qui se détestent et pourtant reste attachées. C’est le récit sans filtre d’une relation fraternelle qui va au-delà de toutes les relations et qui nous pique à vif tellement elle transparait de vérité.

Les quitter définitivement aura été difficile, comme si, à travers ses soixante ans d’histoire, elles étaient devenue aussi un peu nos amies, parce qu’on aura avec elles, traversé tous les âges de la vie et qu’aujourd’hui, c’est fini.

Ce quatrième tome est aussi bon que les précédents et j’ai beaucoup aimé découvrir leurs péripéties de femmes adultes, les blessures qui surviennent et surtout la force de ce lien qui fait qu’elles restent, jusqu’au bout, des soeurs.

Bonne lecture,

Capture-du2019eu0301cran-2017-10-12-au0300-06.13.23.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s