Roman – Les amants polyglottes, Lina Wolff

IMG_0519.JPG

Coucou mes chatons !

On commence la semaine avec une lecture qui m’a particulièrement plu et que je souhaite partager avec vous. Il s’avère que ce livre était dans ma selection de la rentrée littéraire Gallimard mais que je n’avais pas vraiment prévu de l’acheter ce mois-ci.

Malheureusement, j’ai oublié ma lecture en cours en partant en week-end, oui je sais j’ai pas assuré sur ce coup… Bon, j’avoue que j’ai lâché Camus avec plaisir pendant mon week end Quimpérois. Et en plus, cela m’a permis de craquer lors de notre petite visite à la librairie Ravy !

Bon, vous voulez peut-être que je vous en parle non ?

Résumé éditeur

Ellinor, la trentaine bien entamée, sait charger un fusil et se battre au corps-à-corps. Autant dire que les hommes ne lui font pas peur. Pourtant, elle aimerait trouver l’amour. C’est sur un site de rencontres qu’elle fait la connaissance de Calisto, critique littéraire obèse et imprévisible. Il lui révèle avoir en sa possession un manuscrit – inédit, exceptionnel et rédigé par son auteur favori.
Max, écrivain en panne, cherche lui aussi l’âme sœur, en même temps que l’inspiration. Selon ses critères, la femme idéale est polyglotte, comme lui, et dotée d’une forte poitrine, mais elle ne court pas les rues. Une réceptionniste rencontrée lors de ses errances littéraires le met sur la voie : il va écrire Les amants polyglottes, l’histoire familiale de Lucrezia, une aristocrate romaine ruinée.
Le manuscrit, qui n’est autre que celui détenu par Calisto, va lier étroitement tous les personnages et leur faire subir les affres d’une fatalité semblant les observer en riant.
Lina Wolff compose un roman singulier, loufoque et cruel, aux accents houellebecquiens assumés et transfigurés.

Mon avis

Waouh ! Il n’arrive pas si souvent que ça de rentrer dans un roman avec tant de force. En suivant chacun de ses personnages de ce livre, on prends part à une fresque sociale immense. D’Ellinor, issue de la campagne du sud de la Suède, simple et pratique, pour qui il a été plus important d’apprendre à se battre que de vivre une histoire romantique, on passe à Max, auteur maudit par une femme, complètement perdu dans ses relations et Lucrezia, bourgeoise italienne déchue en train de tout perdre. Tous ces personnages sont liés autour d’un manuscrit écrit par Max et tous vont, à leur façon, voir leurs vies complètement chamboulées par ce manuscrit.

Une fresque sociale donc qui nous peint les differences de classes, mais aussi les blessures et les failles créées par les relations amoureuses foireuses. Le tout avec une lecture fluide et bouillonnante qui nous rappelle que la vie n’est pas un conte de fée…

Et je crois que je peux vous dire sans honte que c’est mon premier coup de coeur de l’année ^^

Bonne lecture !

Capture-du2019eu0301cran-2017-10-12-au0300-06.13.23.png

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s