Avec les Alcooliques Anonymes, Joseph Kessel

IMG_1338.JPGCoucou mes loutres, 

Je reviens après une semaine d’absence avec une liste de livre à chroniquer longue comme le bras et des journées où il faudrait rajouter quelques heures (une dizaine) pour pouvoir faire tout ce que je veux faire. 

Je vais essayé de tenir le rythme, mais c’est pour cela que j’aime bien m’avancer dans mes post : parce qu’on ne sait jamais de quoi la vie sera faite demain, et que potentiellement les opportunités ne nous laisseront que très peu de temps. J’aime donc suivre la maxime si souvent répétée : « ce qui est fait, n’est plus à faire ». 

Bref, je reviens vers vous aujourd’hui pour vous parler de ma lecture de Avec les alcooliques anonymes de Joseph Kessel. Qui en plus de me bouleverser, à été ma première rencontre avec cet auteur plus que classique. 

On y va ? 

Résumé éditeur 

«– Je m’appelle Frank T… et je suis un alcoolique.
– Je m’appelle Elizabeth F… et je suis une alcoolique.
Selon la condition sociale, le vêtement était luxueux, ou pauvre. Selon le degré d’éducation, variaient les manières et les voix. Mais l’origine, la culture, le costume, la fortune des hommes et des femmes qui parlaient ainsi et des hommes et des femmes à qui s’adressaient leurs propos n’avaient aucune importance. Ils étaient tous unis par un lien commun, plus fort que celui d’un milieu, d’une race, d’une famille, ou même d’un amour. Blancs ou Noirs, opulents ou misérables, illettrés ou savants, ils étaient solidaires, ils étaient frères à jamais, parce qu’ils avaient subi le même mal dévorant et qu’ils avaient laissé aux griffes du monstre leur chair et leur âme.»

Ce célèbre reportage contribua à l’installation en France des Alcooliques Anonymes. Il conserve toute son actualité.

Mon avis 

Je suis plutôt le genre de personne qui a besoin de se mettre à la place des autres, pour les comprendre et pour faire tomber mes aprioris. C’est une leçon que j’ai apprise, d’une part par mes parents, d’autres part par mon rapide passage en fac de socio où toute la recherche se fait autour de la notion de laisser de coté ses préjugés et de se concentrer sur les faits. 

C’est exactement ce que m’a permis de faire ce livre. Monter comme une enquête, sans jugement, juste des faits et le ressenti de l’auteur. 

Rentrer dans le milieu des alcooliques anonymes, par le biais de la recherche journalistique. Essayer de comprendre, de se rendre compte, a été pour moi un véritable bouleversement. Tout d’abord parce que je ne le connaissait pas. Ensuite, parce que j’y ai découvert les fondements de la méthode des AA, et que c’est une méthode à laquelle j’adhère complètement et dans laquelle je crois profondément. 

Se rendre compte, que parfois à des milliers de km, dans des contextes totalement différents, des millions de personnes sont capables de se sentir unis et redevable les unes envers les autres et sont sures qu’aider les autres et le meilleur moyen de continuer à s’aider soi. 

J’ai vraiment accroché à ce livre et je vous le conseille fortement. 

Bonne lecture, 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s