Malaussène T1 – Au bonheur des ogres

IMG_1588.jpgCoucou mes loutres !

J’avoue que ces derniers mois, je me suis plongée avec acharnement dans la saga des Malaussènes et que je vous ai bien soûlé sur Instagram avec ça. Maintenant, je recommence ici, parce que j’adore, et que je suis sûre que vous aussi 😉 

J’ai longtemps hésité à vous faire un article sur la saga complète, mais au final, j’ai décidé de me concentrer sur un tome à la fois, pour faire durer le plaisir. Ne vous désabonnez pas pour autant, j’ai pleins d’autres titres à vous chroniquer si vous n’êtes pas des grands fans de Pennac, ou si vous n’avez pas prévu de le devenir (ce qui est fortement dommage croyez-moi).

On y va ?

Résumé éditeur

Côté famille, maman s’est tirée une fois de plus en m’abandonnant les mômes, et le Petit s’est mis à rêver d’ogres Noël.

Côté coeur, tante Julia a été séduite par ma nature de bouc (de bouc émissaire).

Côté boulot, la première bombe a explosé au rayon des jouets, cinq minutes après mon passage. La deuxième, quinze jours plus tard, au rayon des pulls, sous mes yeux. Comme j’étais là aussi pour l’explosion de la troisième, ils m’ont tous soupçonné.

Pourquoi moi ?

Je dois avoir un don…

Mon avis

Si ce premier tome était un one shot, on en redemanderait encore. Pennac nous pose avec brio le portrait d’une famille complètement déjantée dans laquelle chacun des membres à quelque chose qui nous parle. Un trait, une caractéristique qui nous fait sourire et qui nous rappelle quelqu’un qu’on connait plutôt bien.

L’histoire nous pousse à aimer Benjamin, ce grand frère parfait prêt à tout pour ses frangins. Et la plume fluide nous entraine de page en page, sans vraiment se rendre compte que l’aiguille de l’horloge posée au dessus de notre tête tourne et que le temps lui, a filé sans nous attendre.

J’ai adoré ce premier tome, à lire et à relire, et je vous le conseille fortement, même si chaton n’a pas accroché. Bon, c’est pas vraiment anormal vu qu’il a tenté de le lire peu de temps après avoir vu l’adaptation cinématographique. Adaptation pas toujours fidèle aux limites du premier tome mais qui a le mérite d’unir à l’écran Raphaël Personnaz que j’adore et qui a renforcé – attention confession – mon amour inconditionnel pour Benjamin Malaussène et Berenice Bejo qui incarne Julie avec justesse et entièreté.

À 9 ans ou à 25 ans, ce tome est un plaisir de lecture. Il nous ouvre les portes d’une saga pleine de rebondissements et franchement passionnante dans la vie des Malaussènes, mais aussi dans Paris, en plein milieu de Belleville. Quartier qui d’ailleurs m’a fait beaucoup sourire lors d’un séjour dans la capitale.

Pennac, avec tout son talent reste l’un de mes auteurs favoris et si vous ne vous êtes pas penchés sur ses romans, foncez.

Bonne Lecture !

Capture d_écran 2018-07-01 à 11.07.35

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ta chronique m’a donné envie de découvrir davantage l’oeuvre de Daniel Pennac. J’ai lu il y a quelques années Journal d’un corps qui m’a beaucoup plu. J’ai beaucoup aimé le concept du livre mais aussi l’écriture. Donc pourquoi pas Au bonheur des ogres.

    Aimé par 1 personne

    1. labaronite dit :

      D’écurie ment un de mes auteurs préférés ! J’espère que ça te plaira

      J'aime

  2. J’avais commencé ce livre il y a quelques temps, j’ai dû lire 2 ou 3 chapitres, mais je nai pas du tout accroché, il faudrait que je retente !

    J'aime

    1. labaronite dit :

      Ah ben ça me fait plaisir de t’avoir donner envie de retenter l’expérience ! J’espère que ce sera le bon moment. 😊

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s