Roman – Bernhard Schlink, Olga

IMG_2022.JPGCoucou les chatons !

Aujourd’hui je viens vous présenter Olga, le dernier roman de Bernhard Schlink. Olga c’est l’allegorie de toutes ces femmes qui ont croisé notre route et dont on ne sais rien. Olga c’est de la douceur et de l’amour, mais la couverture est parfois trompeuse.

Je vous en parle ?

Résumé éditeur

L’est de l’empire allemand à la fin du XIXe siècle. Olga est orpheline et vit chez sa grand-mère, dans un village coupé de toute modernité. Herbert est le fils d’un riche industriel et habite la maison de maître. Tandis qu’elle se bat pour devenir enseignante, lui rêve d’aventures et d’exploits pour la patrie. Amis d’enfance, puis amants, ils vivent leur idylle malgré l’opposition de la famille de Herbert et ses voyages lointains. Quand il entreprend une expédition en Arctique, Olga reste toutefois sans nouvelles.
La Première Guerre mondiale éclate, puis la Deuxième. À la fin de sa vie, Olga raconte son histoire à un jeune homme qui lui est proche comme un fils. Mais ce n’est que bien plus tard que celui-ci, lui-même âgé, va découvrir la vérité sur cette femme d’apparence si modeste.

Bernhard Schlink nous livre le récit tout en sensibilité d’un destin féminin marqué par son temps. À travers les décennies et les continents, il nous entraîne dans les péripéties d’un amour confronté aux rêves de grandeur d’une nation.

Mon avis

Bon, je confesse, je n’avais jamais lu de Schlink avant celui-ci. Et j’ai presque obligé le Chaton à lire le liseur parce que « quand même tu vas me faire le plaisir de découvrir ce GRAND classique de la litterature, je suis sûre que tu vas adorer en plus ». Heureusement, il est tombé dedans comme on tombe d’une chaise : sans prevenir, et sans pouvoir s’arrêter. Ainsi, à la fin de la 243ème page, j’ai pu lui annoncer que je n’avais jamais ouvert ce livre et que je ne me souvenais même pas de l’avoir acheté, ni même récuperé je ne sais où.

Qu’à cela ne tienne, je le lirais un jour, c’est une promesse que je me fais. Et voilà qu’en me promenant dans les rayons de la « petite » librairie du coin, je tombe sur Olga. Et, vous allez rire du comique de la situation, ce qui m’attire, ce n’est ni le titre, ni l’auteur, mais le fait que c’est un Gallimard.

J’envisage serieusement la thérapie, parce que le problème est surement plus profond qu’il n’y paraît. Je l’empoche donc et découvre ce titre, court, bref, frappant. J’aime les titres prénoms, ça donne tout de suite envie d’en savoir plus. Qui est Olga ? Et pourquoi mérite-t-elle un livre entier (et pas moi) ?

En réalité, je suis tombée dedans moi aussi. Dans la vie d’Olga, dans sa feminité, dans son siècle et dans tout ce qu’il implique pour les femmes, pour les pauvres, pour tout un peuple. Découvrir cette femme que j’ai tant aimé à travers ces pages parce qu’elle incarne l’amour du savoir, de la connaissance, de l’amour, de la modération et de la modestie.

Dans chacune de ces pages, la finesse et la justesse des sentiments, des actions, des réactions sont comme un souffle de verité.

Alors oui, je me suis attendue à presque toutes les petites intrigues de cette vie. Parce que l’auteur nous l’a pose là, avec tellement de profondeur qu’on la connait presque par coeur. Et pourtant, même sans surprise, j’ai été extrêmement touchée par ces lignes.

Alors pour plus de legereté je recommande ce livre à toutes celles et tous ceux qui pensent qu’on pourrait faire un SpecialBigUp à toutes ces femmes qui ont donné de l’amour et de la tolérence alors qu’on ne leur à jamais appris à le faire.

Bonne lecture,

Capture d_écran 2018-07-01 à 11.07.35

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s