Dictature du sport, et si on arrêtait un peu ?

Coucou mes loutres !

Depuis le début du confinement c’est un florilège. Ça pullule sur les réseaux comme si le vrai virus c’était ça. Ça te culpabilise juste ce qu’il faut d’être restée branchée sur Netflix toute la journée (quand bien même c’était samedi).

Et si on s’en battait le coquillart de cette nouvelle injonction à faire du sport pour « bien vivre » son confinement ?

Je suis désolée, je reste plutôt calme en général, mais les lives fitness me font péter les plombs là, j’en deviens vulgaire.

Je t’explique :

Le topo est simple, il suffit que tu sois allé dans une salle de sport (ou à un cours de zumba comme tu veux) 3 ou 4 fois dans ta vie et tu peux, si tu le souhaites, faire des « lives » pour montrer au monde entier comment tu fais trop bien les squats.

Tu peux choisir le créneau de 11:00 (y a pas trop de concurrence là), celui de midi ou préférer 18:00 pour que les télétravailleurs qui ont fait semblant de bosser toute la journée te rejoignent (attention, grosse concurrence sur ce créneau par contre).

Après pour le programme je te laisse choisir, plutôt travail du bas, plutôt yoga… tu peux varier, mais vaut mieux rester sur le même thème pour ne pas perdre ton audience.

MAIS ON EST OÙ LÀ ?!

Le confinement c’est devenu le Club Med et tout le monde a opté pour une reconversion professionnelle en G.O.

Je ne sais pas trop si on doit en rire ou en pleurer. Perso, ma voisine semble faire un programme HIIT deux fois par jour (le midi et puis vers 23:00) et j’ai envie de pleurer dès que mon plafond se met à trembler sous ses « Jumping Jack »… J’aimerais juste taper au plafond avec mon balai et gueuler :

« Pose-toi et mate les 75 saisons des feux de l’amour steuuuuuuplé, parce que là tu nous fais mal à toutes les deux. Donc va falloir se détendre ! »

Alors, si t’as envie de faire du sport grand bien te fasse, mais si t’as pas envie, et bien grand bien te fasse aussi.

On déculpabilise

C’est un peu le mal du siècle, t’as l’impression que le monde entier réprouve à peu près tout ce que tu peux faire. Manger de la viande c’est mal, prendre l’avion c’est mal, ne pas regarder la dernière série à la mode c’est mal, ne pas faire de sport c’est mal, aimer profondément les fast-food c’est mal … Stop en fait, casser les CS aux autres c’est mal aussi.

Donc, que tu aies déjà fais du sport une fois dans ta vie (mais si, tu sais, au collège là) ou pas, si t’as pas envie de faire du sport, et bien grande nouvelle : t’as le droit. Et si t’as pas envie de manger un P**** de « Bananabread » dont personne n’avait jamais entendu parler avant le confinement, ben t’as le droit aussi.

En fait, dans TA vie, tu fais un peu ce que TU veux. Et qui est là pour te juger à part toi en fait ?

Non mais sérieux, y a que moi que ça choque de voir les « influenceuses mode » se convertir en coach sportif // nutritionniste // Paul Bocuse // Cyril Lignac pendant le confinement ?

Ok, elles ont l’habitude de partager leur quotidien mais là, c’est trop. Elles font toutes la même chose en plus j’en peux plus. C’est quand qu’elles reviennent avec leurs photos sur la plage ?

Règle d’or de la bienveillance

Je vous dit ça, mais pour moi le confinement tombe à pic puisque j’avais besoin de faire du renforcement musculaire pour atteindre mes objectifs en course à pied et que je ne suis pas super adepte de ce genre d’exercices en salle de sport.

Mais j’ai quand même poser deux trois règles avec moi même (oui, c’était ça ou le coussin du canapé qui s’appelle désormais Philippe et avec qui j’ai de grandes discussions philosophiques) :

  1. Si tu n’as pas envie de faire ta séance aujourd’hui, c’est pas grave, tu l’as feras demain matin quand tu te retrouveras devant ton ordi à devoir bosser avec un besoin de trouver une excuse urgente pour ne pas le faire.
  2. BingeWatcher Netflix toute la journée c’est ok, de toute façon, il fait moche, et puis tu fais un huis-clos avec toi-même donc on est cool/relax/détente. Les profs ont bien expliquér que l’important c’est de maintenir une relation sereine avec ses enfants.
  3. Non, tu ne prends pas de troisième verre de vin. C’est plus de la détente là c’est du désespoir. En plus, il est 15:00 donc tu te calmes. On protège son futur-self on a dit.
  4. Danser sur Shakira dans ton salon, c’est du sport aussi, souviens toi des courbatures de malade que t’as eu la dernière fois que t’as nighté. Si jamais tu avais un doute sur l’impact de ce roulé de hanche.

Sinon j’ai trouvé (retrouvé en fait) une bonne solution : t’enfile ton jogging et tu te pose pepouze dans ton canap. Le pied.

Voilà voilà

Et vous, plutôt pression sport ou pas du tout ?

Du love surtout,

Alex

10 commentaires sur “Dictature du sport, et si on arrêtait un peu ?

  1. Sans suivre de comptes liés au sport ou au lifestyle, j’ai aussi constaté la déferlante de pression sportive sur les réseaux. Et, honnêtement, si c’est pour se faire mal en faisant n’importe quoi, c’est mort. Je ne suis pas sportive de nature alors je ne vois pas pourquoi je le deviendrai alors que je n’ai pas l’espace pour ni les bonnes pratiques… A la limite quelques mouvements que je connais quand je sens que le manque d’exercice m’empêche de trouver le sommeil, et ça relaxe en même temps, mais rien de plus. Par contre, je réalise que je culpabilise quand je m’ennuie. Mais faut bien avouer qu’au bout d’un moment, on a fait le tour de l’appartement… Donc bon, lecture, lecture, lecture, et gros phoquage devant des replays. ^^ Après, je bosse toute la journée (promis, je fais pas semblant ^^) donc ça occupe déjà pas mal la semaine. Mais merci pour cet article, car si le sport est bénéfique pour la santé, la pression actuelle à son sujet ne l’est pas.

    Aimé par 1 personne

  2. bonjour, comment vas tu? un grand bravo et merci pour ton article. je partage tout à fait ton point de vue et je pensais etre un alien! j’ai jamais aimé le sport. au collège, j’ai essayé de planter le prof avec mon javelot mais comme j’étais nulle, je ‘lai jamais atteint. aujourd’hui j’ai une maladie qui m’interdit tout sport (sauf les trucs genre yoga) et je t’avoue que je m’en plains pas. bon c’est pas cool d’etre malade, mais autant voir le positif 😉 passe un bon lundi et à bientôt!

    J'aime

    1. Super message, j’ai jamais tenté l’empallage au javelot pour ma part, mais comme j’ai déjà vomi sur les chaussures d’une prof parce que j’avais la migraine et qu’elle ne me croyait pas 😉 Bien fait. Je crois que le plus important de tout c’est de s’écouter et de ne pas se forcer à faire si on ne le veut pas. Bon lundi à toi 😉

      J'aime

  3. Plus que l’injonction au sport, je dirais que le problème c’est l’injonction à la performance. Il ne faut pas juste faire du sport pendant le confinement, il faut bien le faire. Et c’est pour ça que j’aime bien Restez en forme sur Fr3 parce qu’ils proposent différents niveaux d’exercices à chaque fois, en fonction de la condition physique des uns et des autres, ils sont souriants et positifs et ça fait du bien. Mais cette injonction à la performance est un peu partout, en fait, et c’est dommage.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Carfax Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s