Partir vivre à l’étranger – Embarquement immédiat.

Hello la team,

Je vous écris ces mots de l’aéroport, je vous les poserais quand je serais arrivée.

Ça y est, ce qui devait arriver : arriva. Après des mois de préparation, de montagnes russes émotionnelles et de remise en question : je m’apprête à monter dans un avion avec un aller simple pour Madrid.

Je ne sais pas trop comment qualifier mon état d’esprit mais j’avais envie de le partager avec vous.

Premièrement, je n’ai pas pleuré. On est sur une GROSSE victoire.

Peut-être parce que je sais déjà quand sera mon prochain voyage en France et que j’ai déjà mes billets, peut-être parce que je ne réalise pas vraiment ce qu’il est en train de se passer dans ma vie.

Je me laisse un peu porter par le flow. Check-in, porte de sécurité, passage de douane, attente, embarquement, j’y vais un peu comme si j’allais prendre un café et rentrer chez moi.

D’ailleurs c’est un peu comme ça que j’ai quitté Montpellier, comme si j’allais revenir le soir même après ma journée de travail. Mis à part mes placards qui sont « presque » vides, rien n’a bougé.

Et mine de rien, ça enlève une grosse pression et une grosse charge mentale.

Ce pas est énorme. J’en ai que très peu conscience en fait, mais quand je le dis à haute voix, j’ai l’impression que c’est une montagne. Je pars avec 33 kg de bagage vivre dans un autre pays (même si c’est un pays tout proche), toute seule, et avec un ordinateur qui pèse 4kg (oui ça a son importance quand tu es limité par le poids).

Je pars vivre dans un autre pays…

Je crois que c’est ce passage là qui a du mal à rentrer, quand bien même c’est le point le plus important.

Mes valises c’est concret, j’ai bien galéré et même versé quelques larmes pour faire rentrer « le strict minimum ». Pour une bonne taureau comme moi ça n’a pas été une sinécure. Mais on a réussi.

No pasa nada.

La valise c’est fait, passons à la deuxième réalité.

Je ne sais pas trop combien de temps ça va me prendre, ni si ça va être violent mais y a un moment où je vais réaliser que j’ai fait le choix le plus clivant de ma vie, que je me suis battue pour le rendre réel et que maintenant, il est l’heure d’assumer.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression de rentrer à la maison …

Je vous reviens très vite pour vous raconter mes premiers jours.

Du love,

Sacha.

7 commentaires sur “Partir vivre à l’étranger – Embarquement immédiat.

  1. L’histoire est intéressante.
    J’ai senti en toi l’âme d’un blogueur <>.

    Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression de regarder l’épisode 5 d’une série dont je n’ai pas suivi le début.
    Donc je me sens un peu perdu quoi!
    En somme , j’attends le prochain chapitre.✌️

    J’aime

  2. Je suis admirative de ton exploit de valise, je m’en sais (pour l’avoir déjà expérimenté, à l’intérieur de la France) totalement incapable, il me faut le double… (et pourtant je ne me caractérise pas comme une grande matérialiste mais j’ai besoin d’une certaine quantité d’affaires personnelles -vêtements, livres et un peu de déco- pour me sentir chez moi).

    Aimé par 1 personne

    1. J’avoue que ça a été un des passage les plus compliqué 😉 et encore je ne suis « qu’en » Espagne. Mais j’avoue que quand je pars en vacances je prends beaucoup trop d’affaires pour pouvoir m’habiller comme je veux en fonction de mon mood 😉
      Et pour les livres j’ai déjà fait une descente librairie ici *oups*

      Aimé par 1 personne

Répondre à Jervie Simba Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s